Les Insomnies, si lumineux dans le noir

1 avril 2015, , , , ,

les-insomnies3

Photo : Véronique Lespérat-Héquet / Cie la main d’Oeuvres.

Les Insomnies est un spectacle pluridisciplinaire de Sébastien Dault. Autour de textes de René Char, quatre artistes explorent la nuit et la place si particulière qu’y tient la lumière.

  • L’histoire : Textes de René Char, acrobaties, vidéo et musique se mêlent et se répondent dans une mise en scène où la lumière apparaît par contraste avec une obscurité qu’elle ne bouscule jamais.
  • La scène : Elle semble divisée en espaces, un réfrigérateur à droite, un dispositif vidéo à gauche, un piano au fond et le conteur comme principal trait d’union entre les univers. Les trois autres artistes bougent peu de leur emplacement.
les-insomnies1

Photo : Mickael Troivaux / Cie la main d’Oeuvres.

Regarder partout

Photo : Véronique Lespérat-Héquet / Cie la main d'Oeuvres.

Photo : Véronique Lespérat-Héquet / Cie la main d’Oeuvres.

Au départ, le regard du spectateur est attiré par l’un ou l’autre des éléments. Les acrobaties à droite, des effets vidéos sensationnels à gauche et partout une multitudes d’idées, de jeux sur la lumière.

Bien vite, l’attention se libère pour apprécier le spectacle dans sa globalité. Le piano, joué en permanence par le jeune et déjà brillant Ilias Sauloup, répond aux images, l’acrobate accompagne la musique par des claquements de porte et les uns se joignent finalement aux autres.

Au milieu de ces performances, les textes de René Char sont un peu remisés. De par leur fluidité, ils habillent l’ensemble mais ne sont qu’à de rares occasions mis en avant, au point que le sens des mots semble parfois disparaître, un peu oublié par un spectateur déjà abreuvé d’image et de sons.

Pour Quel Public :

Expérience sensorielle, Les Insomnies – la nuit qui m’avait tant servi est un spectacle audacieux et inventif. De par son énergie et la place accordée au visuel, il a tout pour plaire à des publics peu habitués au théâtre, notamment les adolescents et les jeunes adultes qui y trouveront le frisson de l’expérimentation artistique.

Les Insomnies – la nuit qui m’avait tant servi

D’après l’œuvre de René CHar
Conception Sébastien Dault
Avec Katerini Antonakaki (images), Sébastien Dault (acrobaties), Ilias Sauloup (piano) et Olivier Sellier (jeu)

☰ Article précédent : | Article suivant :

Leave a Reply