Le Prince de Hombourg, le plaisir d’une belle histoire

9 juillet 2014, , ,

leprincedehombourg_christophe-raynaud-de-lage

Luc-Antoine Diquéro, Xavier Gallais et en arrière plan Clément Bresson. Photo : Christophe Raynaud de Lage.

Fier guerrier mais un peu poète, le Prince de Hombourg a deux passions : défendre la patrie et la belle Nathalie. Mais à trop penser à l’amour, il en oublie que l’art de la guerre demande une certaine discipline.

Spectacle phare, le Prince de Hombourg illumine la cour du Palais des Papes avec splendeur. Les illustrations sont magnifiques et pleines d’astuce, la lumière et la scénographie se subliment dans ce cadre magnifique.

L’histoire est une tragédie où l’honneur et la loi remplacent les habituels triangles, rectangles ou pentagones amoureux. Enjeux, suspense, le Prince de Hombourg tient en haleine par sa seule écriture.

Si la mise en scène masque parfois une direction d’acteur légère, certains comédiens donnent à leur personnage une profondeur sans failles. À cet égard Xavier Gallais dans la peau du prince en personne, s’il peut perturber au départ, construit une personnalité riche et cohérente : poète, guerrier, courageux et lâche, dévoué et égoïste, probablement un peu fou mais toujours crédible.

Pour quel public :

Le Prince de Hombourg n’est pas excessivement long (2h15) et raconte une histoire. Ces deux éléments l’ouvrent à un large public. Acceptant l’onirisme sans tomber dans l’insensé, la mise en scène de Giorgio Barberio Corsetti rappelle qu’une pièce peut se vouloir artistique sans exclure ceux qui désirent simplement passer un bon moment.

Le Prince de Hombourg

De Heinrich von Kleist

Avignon In, dans la cour du Palais des Papes.

Mise en scène Giorgio Barberio Corsetti
Scénographie Giorgio Barberio Corsetti et Massimo Troncanetti
Musique Gianfranco Tedeschi
Vidéo Igor Renzetti
Images Lorenzo Bruno et Alessandra Solimene
Lumière Marco Giusti
Costumes Moïra Douguet
Assistanat à la mise en scène Raquel Silva

Avec Jean Alibert, Anne Alvaro, Clément Bresson, Anthony Devaux, Luc-Antoine Diquéro, Xavier Gallais, Hervé Guerrisi, Éléonore Joncquez, Maximin Marchand, Geoffrey Perrin, Julien Roy et Gonzague Van Bervesseles.

Production Festival d’Avignon
Coproduction France Télévisions, Les Gémeaux Scène nationale de Sceaux, Théâtre de Liège, Théâtre Liberté Toulon
Avec l’aide du FIJAD, de la SPEDIDAM
Avec le soutien de l’Adami et du Fonds d’Insertion pour Jeunes Artistes Dramatiques, DRAC et Région Provence-Alpes-Côte d’Azur

Partagez cet article :

 

☰ Article précédent : | Article suivant :

Leave a Reply