Le Porteur d’Histoire, le plaisir d’un récit bien raconté

24 mars 2015, , , , , , , , , , , , ,

porteur-afficheTrois T dans Télérama, des louanges comme s’il en pleuvait, deux Molières pour l’auteur et la mise en scène. Le Porteur d’Histoire, en ce moment au Studio des Champs-Élysées, est une machine à récolter les louanges, et pour cause, cette pièce est une réussite absolue. 

  • L’histoire : Par une nuit pluvieuse, au fin fond des Ardennes, Martin Martin doit enterrer son père. Il est alors loin d’imaginer que la découverte d’un carnet manuscrit va l’entraîner dans une quête vertigineuse à travers l’Histoire et les continents. Quinze ans plus tard, au cœur du désert algérien, une mère et sa fille disparaissent mystérieusement.
  • Sur scène : 3 hommes et deux femmes, un tableau noir sur lequel les comédiens écriront les noms des personnes et des lieux. La plupart des accessoires seront mimés, quant aux costumes, ils sont simplement beaux et judicieux.
porteur-6

Photo : Alejandro Guerrero.

L’envie de savoir

porteur-3

Photo : Alejandro Guerrero.

Le Porteur d’Histoire commence par une explication face au public, comme on haranguait la foule autrefois. Sans que ce dernier le sache, il s’agit là de la première couche d’une histoire qui en cache d’autres, la première digression. Coup de génie, jamais le spectateur ne perd le fil, ni du récit, ni des nombreux personnages, tous parfaitement identifiables. Malgré la richesse des protagonistes et des décors, impossible de perdre le fil, tout est limpide.

Cette histoire est une enquête, celle supposée du personnage principal est le support de celle menée par le spectateur, avide de savoir le fin mot d’une aventure à l’arrière-goût d’Indiana Jones pas désagréable, au contraire. La petite et la grande Histoire se rencontrent au point de naviguer près des terres des fictions de complot, l’écueil est finement évité.

Ici, l’Histoire, avec un grand H, pousse jusqu’aux années 2000, comme pour rappeler qu’elle ne s’arrête jamais. Et quand, à l’approche de la conclusion, l’intensité émotionnelle atteint des sommets, que la lumière s’éteint, alors un frisson parcourt le public, accompagné de la plénitude d’une histoire accomplie.

Pour Quel Public :

Quel plus bel hommage aux récits qu’une histoire bien racontée ? Rires, sourires, émotions, toutes les composantes de la vie sont réunies dans ce spectacle. Sur la base d’une histoire magnifiquement écrite, Alexis Michalik a su façonner avec le temps une mise en scène dont on imagine sans mal qu’elle a été constamment améliorée jusqu’à arriver à un niveau de perfection rare.

Le Porteur d’Histoire

Texte et mise en scène d’Alexis Michalik
Avec en alternance Fadila Belkebla, Patrick Blandin, Emilie Blon Metzinger, Benjamin Breniere, Vanessa Cailhol, Stéphanie Caillol, Amaury De Crayencoup, Vincent Deniard, Magali Genoud, Julien Jacob, Charles Lelaure, Justine Moulinier, Benjamin Penamaria, François Raffenaud et Régis Vallée
Lumières et régie générale Anaïs Souquet
Costumes Marion Rebmann
Son Clément Laruelle
Musique Originale Manuel Peskine

Saison 2015-2016

Du 08/09/2015 au 04/10/2015  au Studio des Champs-Elysées à Paris.
Le 15 janvier 2016 au Théâtre de Grasse à Grasse (06)
Jusqu’au 1er mai au Théâtre des Béliers Parisiens à Paris

Saison 2014-2015

Jusqu’au 2 août 2015 au Studio des Champs-Elysées.

Vérifiez si le spectacle se joue près de chez vous sur BilletReduc.

☰ Article précédent : | Article suivant :

1 comment to “Le Porteur d’Histoire, le plaisir d’un récit bien raconté”

  1. […] Le porteur d’histoire, d’Alexis Michalik Au Studio des Champs-Elysées […]

Leave a Reply