Hymne à la disparition, une bouffée de vie venue d’Asie

23 juillet 2014, , ,

hymnealadisparitionLa compagnie San Tuo Qi de Pékin présente un spectacle composé de 9 tableaux inspirés de faits divers. Des jeunes gens y jouent tour à tour des vieillards confrontés à l’évolution et l’occidentalisation de la société.

  • Neuf instants tragiques sont évoqués au travers d’un jeu d’enfants dont le perdant doit présenter un numéro. Ces neuf poèmes corporels mêlant absurde et mélancolie nous offrent autant de fragments de vie, reflets kaléidoscopiques d’une société en pleine mutation où se mêlent désir, danger, solitude et méfiance.Véritables contes muets, ces neuf saynètes nous plongent dans les chemins de traverse de notre conscience, univers intimes que les mots ne suffisent plus à décrire.

Ces neuf scènes entrecoupées du petit jeu d’enfants sont de durée variable mais d’intérêt constant. Pleins de poésie, ces tableaux sans parole transportent le spectateur européen dans le monde d’une Chine en mutation.

Pourtant les enjeux sont les mêmes qu’ici, ils se nomment révolution, mensonge, confession, fratricide, fossé, solitude, adieu, vie et amour. Ces mots désignent les petites aventures des vieillards qu’incarnent les jeunes gens en revêtant des masques.

Pour quel public

Tout public, cet Hymne à la disparition est un véritable moment de poésie visuelle. Les scènes finissent la plupart du temps par se dévoiler dans un pied de nez scénaristique inattendu, ce qui plonge le spectateur dans l’attente de la résolution du problème, bien souvent par un petit moment de magie et d’onirisme.

Hymne à la disparition

Mise en scène Zhao Miao
Avec Shi Yan, Wu Di, Yu Jinglong, Tang Xiawa, Hu Hnachi et Lu Yantuan
Scénographie Cao Lu
Costumes Wang Xiaoxiao
Création lumière Cao Chunyu
Son Peng Long
Conception Meng Xing

Compagnie San Tuo Qi (Pékin)

Partagez cet article :

 

☰ Article précédent : | Article suivant :

Leave a Reply