Cyrano de Bergerac, au service des lettres et de l’esprit

18 décembre 2015, , , , , , , , , , , , , ,

Cyrano de Bergerac

Photo : Fabienne Rappeneau

Au milieu des adaptations modernes et autres Songes 70’s, Jean-Philippe Daguerre a choisi de mettre en scène plutôt qu’adapter l’oeuvre d’Edmond Rostand, Cyrano de Bergerac. Le résultat est un spectacle de deux heures maîtrisé et réjouissant, point de rencontre du travail et du talent.

  • L’histoire : Cyrano est un mousquetaire intrépide. Il est amoureux de Roxane mais n’ose se déclarer à elle, si belle, et lui si laid avec son énorme nez. Par amour et désespoir, il accepte de protéger Christian, son rival, et l’aide même à séduire Roxane.
  • Sur scène : Dix comédiens et un violoniste habitent une scène quasiment sans décor. La beauté du théâtre du Ranelagh et celle des costumes se suffisent à elles-mêmes. Quelques accessoires identifient les lieux.

Ce qui se conçoit bien…

Dès l’entame de la pièce, les phrases sonnent et résonnent, jamais elles ne cachent leur sens. Tout est si bien dit que la barrière des vers explose. Pour comprendre, il suffit au spectateur d’écouter ce qui est dit, et il ne lui faut pas longtemps pour se retrouver plongé dans un texte à la beauté immortelle.

L’attention portée au phrasé est peut-être le plus éclatant succès de cette pièce. Les comédiens se répondent ; les paroles se mêlent ; le texte d’Edmond Rostand est une partition ; la compagnie Le grenier de Babouchka en fait une symphonie. Comme pour mieux le souligner, un violon se fait l’extension dramatique du lyrique Cyrano, appuyant tant ses émotions que ses effets stylistiques.

Cyrano de Bergerac

Photo : Fabienne Rappeneau.

La pièce accorde à chaque comédiens sa place, évitant ainsi l’écueil du rôle faire-valoir, de l’impression de démesure que donnent parfois les spectacles réunissant tant d’artistes sur scène. Les personnages paraissent si grands et si beaux avec leurs gestes si précis qu’à la musicalité décrite plus haut, ajoutons la chorégraphie. La scène, la salle, est habitée par les personnages, elle vit et bouge, et quand deux épées sont brandies face à face, c’est qu’un combat véritable s’annonce.

Mention spéciale

Il est aussi difficile de ne pas mentionner Stéphane Dauch dans le rôle de Cyrano qu’il est complexe de l’évoquer. Pas un seul instant le comédien n’apparaît derrière le personnage. Ce Cyrano est si beau, si élégant, si fin et charmant qu’on peine à croire que Roxane puisse un instant résister à ses charmes. Il n’est pas un simple cabotin, il est le résultat d’une enfance, d’une adolescence, il est cet expert des armes et des mots, il est ce mal-aimé par sa mère, ce meilleur ami, ce magnifique pas très beau.

Pour Quel Public :

Loin des revisites, Jean-Philippe Daguerre met en scène Cyrano de Berjerac avec le plus grand des respects. Mieux, il offre à cette pièce historique l’écrin qu’elle mérite. Une pièce vaillante qui a su sans problème laisser bouche bée une quarantaine de lycéens présents dans la salle, un public par nature bien difficile. Jean-Philippe Daguerre a offert à Cyrano de Bergerac le traitement que cette pièce majeure mérite sans fard ni fausse posture.

Cyrano de Bergerac

D’Edmond Rostand
Mise en scène Jean-Philippe Daguerre
Avec Stéphane Dauch, Charlotte Matzneff, Simon Coutret, Edouard Rouland, Yves Roux, Antoine Guiraud, Geoffrey Callènes, Emilien Fabrizio, Nicolas Le Guyader, Mona Thanaël et Petr Ruzika
Musique Petr Ruzika
Décors et accessoires Vanessa Rey-Coyrehourcq
Costumes Corinne Rossi
Combats Simon Gleizes

Saison 2015-2016

Au théâtre du Ranelagh.
Voir les représentations sur BilletReduc.

☰ Article précédent : | Article suivant :

Leave a Reply